Skip to main content

@mdarcemont

Lancement de Scribay, Terre d'accueil pour tous les auteurs

Le 9 novembre, Arnaud Lavalade, un ami de longue date, et moi-même, avons lancé publiquement Scribay, que nous définissons comme une Terre d’accueil pour tous les auteurs.

A travers Scribay, nous souhaitons construire une communauté d’auteurs soucieuse de partage, d’entraide et de convivialité. C’est un site qui fonctionne à la fois comme une vitrine littéraire, et comme un ensemble d’outils pour partager ses textes et continuer à progresser, au travers notamment de défis littéraires.
Tout est parti d’une habitude que nous avions, qui était de s’envoyer des défis littéraires mutuellement afin de nous inciter à écrire. Nous avions compris que le meilleur rempart à la procrastination était l’écriture sous contrainte, qui permet de se désinhiber et parfois de briller de manière insoupçonnée sur des sujets ou dans des genres littéraires qui nous sont étrangers.
Il nous a alors semblé naturel d’adapter ce concept, d’abord vers une appli mobile, puis vers un site web, qui a fini par se transformer au fil des discussions en un réseau social pour auteurs.

Le développement a duré deux ans, où je me suis chargé de tous les aspects techniques pendant qu’Arnaud se chargeait des épineux sujets juridiques, comptables, de gestion, etc.
Deux ans, ça peut paraître long, mais ça ne l’est finalement pas tant que ça lorsqu’on se retourne pour voir d’où on est parti. D’abord, Scribay n’est pas notre activité principale. Nous avons tenu à le développer en marge de notre activité salariée, c’est à dire durant nos heures de libre, matinées, soirées et week-ends. Ensuite, je n’avais pour ma part encore jamais développé seul de site “sérieux”. Mon dernier site personnel datait de 2006 (et c’était d’ailleurs un jeu de rôle online pensé avec Arnaud !) et était développé en spaghetti-php. Arnaud n’avait lui jamais creusé en profondeur les questions de droit d’auteur, de respect de la vie privée ou de communication, ni même appris à maîtriser le dessin vectoriel pour la conception de badges et de cartes de visites ! Soucieux d’offrir la meilleure expérience possible à nos futurs auteurs, et de ne pas gâcher cette belle idée en laquelle nous croyons tant, il nous est plusieurs fois arrivé de changer de direction, en refondant entièrement des pans entiers du site. Nous avons toujours tenu à garder cet esprit critique sur notre propre travail et à ne jamais tomber dans la précipitation. Nous pensons aujourd’hui avoir fait le bon choix et ne regrettons pas d’avoir pris notre temps pour certaines décisions.

Scribay m’a permis de largement progresser en Scala, de très bien maîtriser Play Framework, de découvrir (… puis regretter) MongoDB, de découvrir (sans regretter !) Elastic Search, de voir qu’il était possible pour un développeur back-end de 2014 de créer de jolies interfaces web (merci Bootstrap !), de prendre mon pied avec tous les services d’AWS (EC2 ! Beanstalk ! RDS !), et de découvrir et apprendre tout un tas de petites choses, de micro choses même : installer un certificat SSL et configurer le HTTPS sur Play, découvrir les API tierces de Facebook ou Google, utiliser Docker, étudier la structure d’un document .epub, et j’en passe. Toutes les semaines, j’ai eu l’occasion de sortir de ma zone de confort en apprenant quelque chose de nouveau.

Nous sommes déjà très heureux de ce qu’est aujourd’hui Scribay. Des dizaines d’auteurs ont déjà postés des dizaines de textes. Nous n’allons pas dire que nous sommes surpris, puisqu’après tout nous avons développé Scribay pour qu’il soit utilisé ; mais tout de même, nous sommes restés bouche bée lorsque nous avons vu les premiers inconnus s’inscrire pour publier des textes à nous rendre jaloux. Scribay est déjà en cela une victoire pour nous, pour ce qu’il est aujourd’hui et pour tout ce qu’il nous a permis d’apprendre et de découvrir durant ces deux dernières années.
Et ce n’est que le début ! Nous avons plein d’idées en tête pour continuer à faire évoluer Scribay vers la plateforme de nos rêves.

A suivre, en 2015 et au-delà.

comments powered by Disqus